Texte à méditer :  Le Togo, notre Bien commun à tous !   
Nouvelles


CMDT Actu-hebdo ( du 26 janvier au 02 février 2014) - par Fabbi le 05/02/2014 @ 23:08

Une semaine riche en actualités au Togo. La presse a traité beaucoup de sujet entre autres la problématique d’un troisième mandat pour Faure Gnassingbé qui va boucler bientôt 10ans à la tête du pays, la position de la France et des Etats-Unis à ce propos. Les 240 millions dont bénéficient les neuf députés révoqués intéressent la presse qui révèle par ailleurs  le complot en préparation pour lever l’immunité de certains parlementaires. La question de l’Office Togolais des Recettes (OTR) et  l’avenir de Madame Ingrid Awadé, Directrice des Impôts.
Bonne lecture !

Le troisième mandat de Faure Gnassingbé,
Faure Gnassingbé entendra-t-il les avertissements de l'administration Obama ? S’interroge notre confrère l’Alternative qui rappelle,  En visite en RDC cette semaine, l’envoyé spécial de Barack Obama pour la région des Grands Lacs, Russ Feingold, a déclaré lors d’une conférence de presse : « J’ai toujours encouragé vivement les présidents africains afin qu’ils respectent les mandats qui leur ont été assignés. La loi fondamentale, bien sûr, se portera mieux si elle n’est pas modifiée pour qu’un troisième mandat puisse être accordé ». Une allusion faite directement à Joseph Kabila qui, réélu en 2011 pour un dernier mandat, manœuvre actuellement pour s’accrocher à la tête d’un pays certes riches, mais miné par des guerres interminables et sous perfusion de la communauté internationale. Ce conseil vaut aussi pour d’autres chefs d’Etat, notamment Blaise Compaoré qui cherche à sauter le verrou de l’article 37 de la Constitution de son pays pour se maintenir au pouvoir. Des manœuvres dénoncées par son propre camp et qui entrainent une vague de démissions dans son parti et une montée subite de la tension politique dans le pays.  Au Togo, bien que la Constitution ait été sodomisée en décembre 2002 et en avril 2005 pour permettre à Faure Gnassingbé de faire un bail à vie sur le pays, le sujet de la limitation du mandat est toujours et a d’ailleurs été rappelé lors d’un récent meeting par le leader de l’ANC, Jean- Pierre Fabre.

 Togo-online.co.uk, renchérit en ces termes, Russel Feingold, l’envoyé spécial du Président Obama dans les grands lacs contre le syndrome de la présidence à vie. Pour notre confrère en ligne, depuis quelques années les peuples africains en plus de subir la dictature à vie des pères se trouvent confrontés à celle des fils qui souffrent visiblement du même syndrome, du pouvoir éternel que leur papa de président. C’est le cas da Kabila fils pour qui l’envoyé spécial du président américain Barack Obama, Russel Feingold a eu à lancer un véritable cri de cœur. Personne ne peut prédire si Kabila fils entendra raison pour quitter la tête de ce Congo si riche mais ravagé par des décennies d’une guerre dont l’occident tire les ficelles de part et d’autre. Hormis Kabila fils, il y a Bongo fils qui a succédé à son père Omar à la faveur d’une mascarade électorale avec le soutien d’une certaine communauté internationale, étant à son tout premier mandat il est prévisible qu’il passe le second sans un aucun problème et envisage un troisième. L’autre fils du père c’est celui d’Eyadema, Faure Gnassingbé qui bientôt 10 ans après la succession dynastique fait feu de tout bois pour s’offrir un troisième mandat étant rassuré de la tradition de hold up dont son régime est champion hors série. Poursuit notre confrère avant de conclure, Une chose est certaine, pour revenir au cas Togolais, tous les présidents du monde peuvent envoyer leur représentants spéciaux ou eux-mêmes peuvent suggérer au numéro un togolais de ne pas rempiler ce serait peine perdue. Pour Faure Gnassingbé c’est la présidence à vie, advienne que pourra.

240 millions sur le compte des députés révoqués,

Le Trésor public a versé depuis plusieurs semaines 240 millions de FCFA à l’ANC. Fustige le journal Focus Infos. Si le parti a préféré garder le silence sur ce virement, certains journaux en avaient fait cas sans que l’information n’ait été considérée comme sérieuse. Devant la persistance des rumeurs et les détails produits, les concernés ont fini par confirmer. Ce fut par la voix de Patrick LAWSON, vice-président de la formation orange. Les 240 millions virés sur le compte de 9 de leurs membres (26 millions chacun et 32 millions pour le leader Jean-Pierre FABRE) correspondent aux indemnités de parlementaires, frais de carburant, frais d’assurance, frais de réception et frais d’équipements dont ils ont été privés lorsqu’ils avaient été exclus en 2010 de l’Assemblée nationale. Informe notre confrère qui ajoute, accusés d’avoir voulu cacher l’information, y compris à leurs militants lors des meetings hebdomadaires et d’avoir touché les fonds en catimini, monsieur LAWSON explique que les 9 bénéficiaires ont découvert presque par hasard ces sommes sur leurs comptes. Et d’ajouter : « étant des gens corrects, nous avons recommandé de ne pas toucher la somme virée pour le moment jusqu’à ce que nous ayons les éléments complémentaires pour faire la lumière sur cette affaire »
L’agence Afreepress quant à lui écrit,  240 millions pour récompenser les 9 députés de l’ANC : Patrick Lawson s’explique. Le vice-président du parti, Patrick Lawson reconnaît qu’un virement du trésor public a été effectué récemment sur leur compte respectif, sans qu’aucune des personnes concernées, ni le parti ne soit mis au courant. Le vice-président de l’ANC explique que le silence autour de ces virements est dû au fait que le parti veut voir clair dans « cette histoire », avant d’en faire une quelconque communication.

Possible levée d’immunité de certains députés du groupe ANC-ADDI,
C’est le journal le Correcteur qui fait la révélation et met en manchette, Aboudou Assouma ordonne la levée de l’immunité de certains députés ANC-ADDI. Des manœuvres sont en cours depuis quelque temps pour embastiller tous les responsables du Collectif Sauvons le Togo (CST) dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara. La confirmation a été donnée par la Cour Constitutionnelle le 27 janvier dernier en réponse à une correspondance du Président de l’Assemblée Nationale Dama Dramani. Croit savoir notre confrère.

Sur la même actualité, le vice président de l’ANC, Patrick Lawson, estime que « ce sont des spéculations ou bien, on est en train de tâter le terrain pour voir quelle sera la réaction. Nous préférons le prendre positivement que négativement parce que ce serait quelque chose d’extrêmement grave », a-t-il expliqué avant d’ajouter que « lever l’immunité de quelqu’un qui n’a pas brûler de marché alors qu’on connaît ceux qui ont brûlé les marchés, nous croyons que ce serait une provocation vis-à-vis de l’ensemble des Togolais en lutte pour la démocratie dans notre pays, rapporte l’agence.

L’Office Togolais des Recettes (OTR) et l’avenir de Madame Ingrid Awadé,
Afreepress, affirme, Faure Gnassingbé met fin aux fonctions d’Awadé et d’Adédjé aux directions des Impôts et des Douanes. Ingrid Awadé, précédemment directrice générale des impôts, est désormais directrice générale de la délégation à l’organisation du secteur informel. Kodjo Adédjé, désormais ex-directeur général des douanes a également été porté au poste de Commissaire des douanes et des droits directs à l’Office Togolais des Recettes (OTR). Autres nominations, Kokou Tchodi, est nommé commissaire des services généraux à l’Office Togolais des Recettes (OTR), et Adoyi Essowazana, commissaire des Impôts à l’OTR.

Bouclons cette revue avec une analyse du confrère l’indépendant express, dont nous ne pouvons que vous livrez une partie.
Ingrid AWADE: chute et fin ; titre le confrère. Il y a quelques mois, le décret mettant fin aux fonctions du Directeur général de la Documentation nationale, le commissaire Aharh Alaharé devrait être rendu public. Faure était fou de colère. Mais ce n’est qu’après quelques éclaircissements que le Chef de l’Etat a annulé la décision. Motif du décret, dame Ingrid venait de sortir de la présidence. Elle s’y était rendue pour créer le scandale, visant à obtenir du Chef de l’Etat la véracité de l’information qui visait son limogeage confirmé à la tête des impôts. Ne voulant pas subir une fougue hautement menaçante d’une dame qu’il connaît, Faure a rassuré dame Ingrid de n’avoir jamais envisagé une telle décision. Oui, c’est vrai, il y a longtemps que les extravagances de Ingrid Awadé agaçait la tranquillité du président qui a voulu s’en débarrasser. Bien assise dans les renseignements, elle a été informée in extremis et est allée défendre sa cause avec violence et fracas. Ingrid est très proche du commissaire Aharh ; qui assure en quelques sortes sa sécurité et ses renseignements ; l’autorité a attribué la fuite de l’information au signataire de nos passeports avant de se raviser qu’il n’était pas l’informateur. C’est dire que dame Ingrid dispose d’un réseau puissant qui l’autorise à faire tout, à mener tous les coups bas contre ses ennemis, adversaires, rivales, concurrentes, pour servir ses protégés qui finissent par tomber en disgrâce.  Une liquidation en douce. Contrairement à ce qui est défendu sur la dame, elle a fait feu de tout bois pour rester aux impôts, mais en vain. Tutoyant le président, bloquant la portière de voiture au départ, envoyant des lettres de menace, mais Faure Gnassingbé a enclenché le rouleau compresseur dans une stratégie assez originale.

Bonne semaine.

CMDT Actu-hebdo ( du 18 au 25 janvier 2014) - par Fabbi le 05/02/2014 @ 23:04

La presse papier cette semaine est revenue sur deux principaux sujets, l’augmentation des prix des produits pétroliers et la mise en place de l’Office Togolais des Recettes (OTR) qui ampute la direction générale des impôts de ses prérogatives.

Bonne lecture.

Sur l’augmentation des prix des produits pétroliers,

Augmentation des prix des produits pétroliers, du mépris pour les togolais déjà victimes des conséquences fâcheuses de la mauvaise gouvernance fustige le Correcteur dans son numéro 488. Incroyable mais vrai, le gouvernement a caché la nouvelle de l’augmentation des prix des produits pétroliers faisant le choix de laisser les consommateurs le découvrir eux-mêmes. A y voir de près il s’agit d’une augmentation à la cloche de bois, une augmentation en catimini. L’augmentation à la hussarde des prix des produits pétroliers autorise à nouveau à se demander si Faure Gnassingbé et les siens gouvernent le Togo pour les togolais ou pour eux-mêmes ? S’interroge à juste titre le Correcteur.

Les produits pétroliers au Togo, comment le gouvernement manipule les prix du carburant et du gaz met en manchette l’Alternative. Au Bénin et au Burkina Faso dont les gouvernements ne subventionnent guère les prix des produits pétroliers, les populations les achètent moins chers qu’au Togo où le gouvernement dit les subventionner. Ecrit l’Alternative qui publie dans la foulée une interview du docteur Gilbert Tsolenyanou de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) qui déclare, « les dernières hausses viennent de faire voler en éclat tout le bienêtre tiré de la phase 2013 ».

Sur le même sujet, Liberté pour sa part épingle le professeur Kako Nubukpo et met à la une, quand le pouvoir corrompt, le brillant économiste Kako Nubukpo défend le mensonge d’état après la hausse des prix des produits pétroliers. Economiste et agrégé des universités, le Professeur Kako Nubukpo a toujours séduit par la pertinence de ses analyses mais depuis qu’il a été nommé ministre auprès de la Présidence de la République chargé de la prospective et de l’évaluation des politiques publiques, le Professeur Nubukpo a commencé à s’écarter des valeurs qui étaient les siennes. Il fait partie aujourd’hui de ceux qui usent du mensonge d’état pour justifier la hausse des prix des produits pétroliers, confirmant alors cette assertion du maître spirituel français d’origine bulgare, Omramm Mickhael Aivanhov dans le verseau et l’avènement de l’âge d’or, « les intellectuels sont fiers, ils se pavanent parce qu’ils ont accumulé des connaissances, mais souvent la bonté, l’humilité, la simplicité, la générosité leur manquent ». Fustige notre confrère.

Sur l’installation de l’office togolais des recettes,


OTR, le couteau à double tranchant révèle  l’Indépendant Express, mitigé, c’est le terme qui convient le mieux à l’appréciation faite aujourd’hui de l’Office Togolais des Recettes, ce projet obsessionnel que mène actuellement le gouvernement qui s’est mis sur un chemin de non retour. Les réformes, si elles doivent contribuer véritablement à changer les choses portent en elles et dès leur naissance, les germes de leur réussite. Mais si elles suscitent doute et scepticisme dans les esprits des acteurs mêmes qui doivent les piloter, plongent inévitablement dans les abîmes. Enquêtes, sondages d’opinions, recherches, comparaisons et analyses nous permettent aujourd’hui de tirer des conclusions non hâtives sur le concept de l’OTR qui a des chances égales de réussir comme d’échouer. Tout dépend des paradigmes qui lui sont assignés et les acteurs qui sont appelés à les manager. Ecrit l’Indépendant Express qui renchérit, dans l’approche de plusieurs acteurs clés de ce projet, il s’agit d’une question de crainte à se voir infliger la foudre d’une autorité qui engage un projet sur lequel on ne semble se mettre en diapason.

Sur un autre registre le Correcteur balance, guerre ouverte au sommet de l’Etat, du feu entre Ingrid Awadé et Faure. Lorsque le 07 janvier dernier, dame Ingrid Awadé avait frontalement boycotté la cérémonie de présentation de vœux qui devrait avoir lieu au sein de la direction des impôts entre elle et son personnel, beaucoup de ses collaborateurs avaient compris que son heure pour quitter la tête des impôts était quasiment entrain de sonner, croit savoir notre confrère, qui soutien par ailleurs que Madame Ingrid n’acceptera jamais rester longtemps sur le banc de touche, elle qui a œuvré longtemps pour sauver la peau au fils d’Eyadema dans beaucoup de dossiers sombres. Il faudra que Faure Gnassingbé garde un œil attentif sur cette dame de fer aussi nuisible que pernicieuse pour ne pas se laisser surprendre par sa revanche souvent insaisissable.

Les services du cadastre et du domaine sommés de céder leurs locaux à l’OTR indique  l’Alternative qui rajoute, le précédent déménagement avait entraîné des disparitions de titres fonciers et de dossiers.

Restons avec l’Alternative qui révèle, embargo sur les trois autres volets du rapport de la CVJR. Qui sont les acteurs de ce blocage et quelles en sont les raisons ? S’interroge notre confrère. Selon des sources concordantes lit-on dans le journal, le PNUD et l’UE seraient favorables et mieux exigeraient la publication des deux autres volumes du rapport de la CVJR. Le HCDH par contre serait peu favorable et ferait même obstruction. Du coup les regards se tournent vers cette institution et particulièrement sa Représentante Résidente, Madame Ige Olatokoumbo. Au-delà de ce que pourraient être les motivations qui sous tendent cette réticence, l’on se demande exactement à quoi jouent le HCDH et sa Représentante sur lesquels les rumeurs font état d’accointances supposées ou réelles avec le pouvoir. Serait-elle entrain de relayer une position du pouvoir qui ne veut pas voir tomber dans le domaine public le reliquat du rapport de la CVJR avec les noms des auteurs des crimes et toutes les conséquences que cela pourrait engendrer ? Aucune certitude au stade actuel qu’elle roulerait  pour le pouvoir, même si son attitude est assez intrigante.

Bouclons cette revue avec le journal Hara Kiri, numéro 4 qui ironise, François hollande accusé de liaison avec une femme, qu’en est-il de Faure Gnassingbé ? en termes de points communs poursuit Hara Kiri, François Hollande et Faure Gnassingbé sont les rares chefs d’états au monde à vivre une vie de célibat avec un avantage pour le Président français qui a choisi de vivre avec une femme sans évidemment être marié. Ils sont deux personnages très discrets, réservés mais, il faut toutefois reconnaître que c’est de notoriété publique que le Président de la République togolaise n’a officiellement pas une épouse déclarée.

Bonne semaine.

CMDT Actu-hebdo ( du 13 au 19 janvier 2014) - par Fabbi le 23/01/2014 @ 16:19

La presse électronique cette semaine s’est appesantie sur les activités du premier ministre Ahoomey Zunu qui a repris du service, l’an un des incendies des marchés de Kara et de Lomé avec les victimes qui sont montées au créneau, l’augmentation inopinée des prix des produits pétroliers fait toujours couler encre et salive et fait grincer les dents sans oublier une nouvelle agression des forces de l’ordre sur  deux confrères.

Bonne lecture.

Sur le retour du Premier Ministre Ahoomey Zunu,

Reprise des activités du Premier ministre : M.Ahoomey-Zunu reçu par le Président Faure Gnassingbé, annonce l’Agence Savoir News qui souligne, "Les deux hommes ont évoqué les dossiers en cours dans le cadre de la gestion quotidienne des affaires de l’Etat. Cette rencontre marque la reprise des activités du Premier ministre après plusieurs semaines d’hospitalisation en Europe", a déclaré à l’Agence Savoir News Essodeina Pétchézi, Directeur de la communication de la Présidence de la République. Le Premier ministre a été opéré début novembre à "l’étranger" d’une "péritonite faisant suite à une appendicite non découverte à temps". Mais aucune information n’a été fournie sur l’hôpital dans lequel M. Ahoomey-Zunu a été opéré. Rappelle l’agence.

Tête-à-tête Faure-Ahoomey-Zunu ce matin à la présidence de la République renchérit Télégramme 228. Le Premier ministre togolais Arthème Ahoomey-Zunu, aux soins depuis trois mois après son appendicite aigüe, reprend du service. C’est du moins ce que l’on puisse dire. En audience ce mercredi matin à la présidence de la République togolaise et selon les images projetées par la télévision nationale, contrairement à ce que les médias n’ont cessé d’écrire ces dernières semaines sur son incapacité à reprendre son poste à la tête du gouvernement togolais le chef du gouvernement a été reçu par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, écrit notre confrère qui relève néanmoins, Même si sur les images, on peut constater qu’il n’est pas à cent pour cent au mieux de sa forme, il est à noter que c’est un élément nouveau qui vient démentir toutes les informations qui promettaient une éviction de l’homme de Kpélé Tchavié par le Chef de l’Etat.

Sur l’an un des incendies des marchés de Kara et de Lomé,

Un an après les incendies des marchés au Togo : Environ six commerçantes sont déjà mortes, d’autres paralysées, suite au drame révèle icilome.com, les commerçantes et commerçants se cherchent sans relâche. Ces derniers ne savent comment faire pour faire face aux dettes contractées auprès des institutions bancaires. C’est pour être solidaire et mieux revendiquer leur droit qu’au lendemain des incendies du bâtiment principal d’Adawlato, ils ont monté l’Association dénommée, Association des Sinistrés des Marchés du Togo (ASSIMAT).
Avec cette association, ils croient se faire entendre. Mais peine perdue. L’association déplore l’attitude des autorités sensées les secourir afin de surmonter les traumatises, car précise la déclaration, « la personne qui est comptable de la protection de nos droits est l’Etat. Nous nous sentons abandonnés, seuls face à cette épreuve. Nos biens ont été détruits dans l’incendie des marchés et le gouvernement togolais reste sourd à nos cris et à nos demandes pour que nous soyons rétablis dans nos droits ». Peut-on lire sur icilome.com. Par ailleurs, ASSIMAT informe l’opinion que six commerçantes touchées par le drame, sont déjà mortes.

Sur l’augmentation du prix des produits pétroliers,

Augmentation du prix des carburants rappelle loméinfos. La suppression, progressive et encadrée, des subventions générales aux produits pétroliers en faveur de mécanismes assurant une plus grande flexibilité des prix en fonction des cours de marché constituerait une réforme importante pour la conduite de la politique économique, dont l’objet viserait à dégager des marges de manœuvre supplémentaires permettant d’accroître l’efficacité des politiques budgétaires et leur rôle contra cyclique. Cette réforme gagnerait à être mise en œuvre de manière concertée et progressive pour d’atténuer son impact sur les populations les plus vulnérables. Tente d’expliquer notre confrère. 

Sur un ton plutôt ironique on peut lire sur togo online, les togolais décidés à subir les désidératas des petits Mussolini. Le régime cinquantenaire du Togo a plus que jamais le vent en poupe quand il s’agit de narguer les togolais. Depuis ce 16 janvier 2013 la clique au pouvoir s’est autorisée sans l’avis de personne d’augmenter le prix des produits pétroliers.

Ils sont nombreux ces togolais qui ont été surpris de constater la hausse inopinée notamment de l’essence sans plomb qui passe de 600 à 655 FCFA et du gaz butane. La bouteille de 12 kg coûte dorénavant 6500 contre 5500F il y a encore quelques mois. Le gaz butane il faut le souligner a été majoré de 1000FCFA. Les togolais se contentent juste de grincements de dents, de murmures, de chuchotements pour protester contre cette violation du droit à la consommation et à l’information. Aucun boycott de ces produits, aucune action à la mesure de cet acte dénué de tout humanisme que posent les gouvernants. Malgré les 50 ans de gestion calamiteuse où la majorité tire le diable par la queue, les togolais donnent l’impression d’avoir de la ressource pour supporter pour très longtemps encore les diktats de la mafia qui régente le petit rectangle de pays, épingle notre confrère en ligne basé à Londres avant d’affirmer que  le constat est amer mais réel. Les togolais sont entrain de plonger dans un désespoir total où ils préfèrent confier leur sort à Dieu.

Sur le même sujet le responsable du NET, nouvel engagement togolais, gerry taama a réagit. Gerry Taama sur la hausse des prix des produits pétroliers : « le manque de communication du gouvernement donne l’impression d’un cynisme qui ne dit pas son nom », Pour lui, ce sentiment de « colère et d’impuissance » qui est le sien après avoir appris cette hausse « surprise » des prix des produits pétroliers, ne peut se dissiper que si deux conditions sont remplies. « Qu’on sache une fois de bon la nomenclature de prix de carburant, avec les affectations réelles des différentes catégories. Que des mesures d’accompagnement puissent suivre cette hausse », a exigé l’ancien militaire.

 rapporte l’Agence Afreepress.

Restons avec Afreepress qui nous informe dans la foulée que l’année 2013 2014 sera semestrielle. L’information a été donnée par le directeur des examens et concours, Kodjo Badjoudoum. « Les premières évaluations qui avaient lieu au premier trimestre, auront lieu en février et les deuxièmes évaluations auront lieu au troisième trimestre. Ce qui signifie que les élèves n’auront cette année que deux bulletins », a expliqué M. Badjoudoum. Alors que pour les autorités scolaires « c’est une manière de rattraper le temps perdu », pour les élèves, « cela n’arrange guère ». Pour certains, les cours seront « très longs » à apprendre et « pas faciles » à retenir. Pour d’autres, les trois trimestres permettent de rattraper les retards accumulés. Relève l’agence.

Sur les agressions des confrères journalistes

Les gendarmes responsables de l’agression le 16 janvier de Kossi Themanou, stagiaire au journal « Focus Info » ont été identifiés et mis aux arrêts, a rapporté samedi à l’Agence Afreepress Crédo Tetteh, président de l’Union des journalistes indépendants du Togo (UJIT).
« Le ministre de la sécurité Yark Damehane a rassuré les deux organisations de son engagement à lutter contre ces comportements au sein des forces de l’ordre. Il a aussi participé aux frais de traitement de la victime et a mis aux arrêts les deux coupables de l’agression », confie Crédo Tetteh. Le jeudi 16 janvier dernier, alors qu’il en train de faire la couverture d’une opération des forces de l’ordre dans un quartier de Lomé, Kossi Themanou, journaliste stagiaire au bimensuel Focus Info a été victime d’agressions de la part de plusieurs gendarmes qui n’avaient pas aimé de le voir prendre des images et interviewer des gens. Rappelle l’agence.

Dans le même sens l’autre agence savoir news, écrit, Kossi Thémanou "agressé" par des gendarmes : Le CONAPP et le l’UJIT condamnent l’acte et exigent des "sanctions exemplaires" à l’encontre des auteurs.

Bouclons cette revue avec cette révélation de togoinfos, du feu entre Ingrid Awadé et Faure Gnassingbé. Nous laissons à votre appréciation de larges extraits de cet article.

C’est fini pour dame Ingrid Awadé, celle-là qui, depuis plus de 7ans s’est présentée comme l’incontournable dans le circuit immédiat du fils d’Eyadema.  « Maman ». C’est le nom que beaucoup de généraux, officiers et sous-officiers, ministres ou directeurs généraux de sociétés utilisent pour l’amadouer et bénéficiers de ses largesses et de sa bonne grâce.

Elle fait tout à son rythme et personne ne saurait la solliciter dans l’urgence sans se heurter à son courroux. Elle rabroue tous ceux qui tentent de lui résister pour une raison ou pour une autre. Sa carence au service est connue de tous ; elle vient au boulot quand elle veut et comme elle veut passant parfois des mois sans y mettre pied et plongeant ainsi ses collaborateurs dans l’impasse totale. Nombre de directeurs centraux travaillant directement sous elle, peuvent faire une demi-année sans la rencontrer. C’est encore elle qui de go, a décidé de supprimer toutes les primes instaurées par un décret présidentiel au bénéfice des agents des impôts. Personne n’a le droit de broncher.

Mesquine de nature, elle adore les commérages, les « on dit » à partir desquels elle fixe son opinion sur ses collaborateurs et tous ceux qui rentrent dans son champ d’action. Dame Ingrid Awadé a beaucoup fait pour nuire à ce projet d’OTR. C’est ainsi qu’elle a confisqué sans ménagement, les nouveaux locaux que le ministre de l’économie espérait utiliser pour installer l’administration de cet office. Sans même que les travaux de ces locaux ne prennent fin, elle a vite fait d’y installer les services du cadastre tout près de l’immeuble principal de la direction générale des impôts.

Telle une punaise, elle s’attache, s’accroche, s’insère sans cesse dans l’environnement immédiat de Faure Gnassingbé. C’est elle qui au début, s’occupait de tout chez le prince. Ses traces se retrouvent partout où il y a des questions de finances autour de son « Mon Mari ». Campagnes électorales, réseaux d’hommes sulfureux intercédant pour le Togo auprès d’autres réseaux à l’international, chantiers du prince, placement d’argent, elle est partout à la fois. Il faut le reconnaître, Ingrid Awadé était réellement incontournable dans le sérail du pouvoir. Mais, aujourd’hui, ses phares semblent progressivement s’éteindre, sa redoutable puissance semble s’étioler au jour le jour. Tout s’émousse et s’oblitère sous ses yeux impuissants !!!

Dame Ingrid, la « Maman » de beaucoup de ventrocrates n’a plus le vent en poupe. Très rusé et séducteur hors pair, l’héritier d’Eyadema a procédé par méthode, par charme pour l’endormir lentement mais sûrement jusqu’à finir par la mettre habilement à la touche sans heurts ni grincements particuliers de dents. Mais maintenant où elle se retrouve pratiquement devant le fait accompli, acceptera-t-elle aussi facilement son sort ? Rien n’est moins sûr.

Car en sept ans, l’ancienne épouse du jeune banquier Nana, a eu le temps d’accumuler de l’argent, beaucoup d’argent et elle a aussi eu le temps de connaître beaucoup de dossiers secrets du prince. Elle pourrait en faire un vrai Cocktail Molotov qui va s’éclater au visage de Faure Gnassingbé surtout qu’elle a tout sauf le sens de la retenue. C’est plus qu’évident qu’elle n’acceptera jamais rester longtemps sur le banc de touche, elle qui a œuvré longtemps pour « sauver » la peau au fils d’Eyadema dans beaucoup de dossiers sombres. Il faudra donc que Faure Gnassingbé garde un œil attentif sur cette dame de fer aussi nuisible que pernicieuse pour ne pas se laisser surprendre par sa revanche souvent insaisissable.

Bonne semaine


CMDT Actu-hebdo ( du 06 au 12 janvier 2014) - par Fabbi le 17/01/2014 @ 11:44

La plupart des journaux écrits du Togo ont fait leur rentrée cette semaine après la trêve liée aux festivités de fins d’années.  Le sujet de la nomination du désormais Général Félix Kadanga comme Chef d’Etat Major des Forces Armées Togolaises (FAT)  reste le grand dossier de la presse à papier. Le Collectif Sauvons le Togo (CST) et le dossier des incendies ont intéressé les parutions de cette semaine.

Bonne lecture

Forces Armées Togolaises, entre promotion de l’impunité et violation des recommandations de la CVJR, le curieux casting de Faure Gnassingbé, Atcha Mohammed Titikpina ou la sortie de piste d’un général d’opérette épingle en première page l’Alternative. Cette nomination par Faure Gnassingbé foule aux pieds les recommandations de la CVJR qui stipulent que les auteurs de crimes les plus graves devraient être poursuivis par la justice. C’est l’image de l’armée déjà écornée par des scandales dont le dernier est celui intervenu au Mali qui prend davantage un coup. Lorsque le dernier rempart d’un Président est composé de personnalités controversées, alors il faut comprendre que le carré des fidèles se rétrécit. Ecrit le journal qui révèle que Faure Gnassingbé vient d’engager l’ancien  Général français Germanos Raymond comme conseiller militaire. Le problème c’est que le Général Germanos Raymond a été épinglé en France pour pédophilie, poursuit notre confrère.  Visiblement Faure Gnassingbé est très friand des hommes controversés et hors la loi, ce qui est révélateur de la nature même du régime. « Dis moi qui tu fréquentes je te dirai qui tu es dirais l’autre ».

A l’état major des FAT, le plan du Général Titikpina à Félix Kadanga pour la présidentielle de 2015 relève le Triangle des Enjeux qui renchérit, 12 minutes après le discours classique du Général sortant, tous les journalistes ont été priés de vider la salle. Il leur a été demandé de rester très loin afin de permettre au Général Titikpina de dire ce qu’il a sur le cœur. Malgré cela le Général s’est adressé à la presse. « Messieurs les ministres, il n’est pas de mon habitude de parler en ces circonstances. C’est pourquoi j’ai tenu à le faire hors antenne pour des raisons qui me sont propres ».  Là où l’intervention du Général Titikpina porte à réflexion est lorsqu’il parle de la démocratie. « Celui qui veut le pouvoir doit aller le chercher par les urnes. C’est la seule condition d’aller au pouvoir ici et ailleurs. Celui qui veut le contre pouvoir sera en face d’une armée qui est dynamique » balance le Général sortant. Que se cache derrière cette phrase du Général s’interroge le Triangle des Enjeux.

Liberté pour sa part écrit, cérémonie de passation de service à la tête des FAT, suspecté de coup d’état le Général Titikpina se lance dans une opération de charme et menace les togolais. Dans son discours digne d’une déclaration de guerre, le Général « déchu » a appelé l’armée à resserrer  les rangs face à l’opposition.il ne s’est pas privé de menacer quiconque voudrait accéder au pouvoir par la force à croire qu’ils y sont par la volonté populaire.

 

Sur le CST et le dossier des incendies,

Incendies des marchés de Kara et de Lomé, les commerçantes réclament les millions du téléthon organisé par une association proche du pouvoir, informe Liberté dans sa livraison du 09 janvier.  Le téléthon a ainsi été organisé avec l’aide des commerçantes et l’implication de certains ministères dont celui du commerce. A la fin, alors qu’il ne figurait que 03 millions sur le compte ouvert à cet effet, un montant total de 53 millions de francs CFA, a été annoncé  sur les médias par les responsables des associations des femmes. Souligne Liberté qui reprend un article du confrère en ligne koaci.com.

Affaires d’incendies des marchés de Kara et de Lomé, des complots pour jeter en prison le bureau de la coordination du CST, 6 ans pour Zeus Ajavon plus de 10 ans pour les autres inculpés, révèle le Triangle des Enjeux qui ajoute, après leur inculpation, la justice de Faure Gnassingbé s’élabore un plan machiavélique pour jeter manu militari les responsables du CST en prison.

L’Alternative pour sa part, écrit, commémoration du premier anniversaire des incendies de Kara et de Lomé, le collectif sauvons le Togo disqualifie la justice togolaise. Pour  le CST, la justice togolaise a accepté volontiers de se vautrer dans un flou artistique juridique et de conduire l’enquête dans l’unique sens où les donneurs d’ordre  ont voulu, en oubliant que l’instruction se fait à charge et à décharge, reprend le collectif.

Bonne semaine


CMDT Actu-hebdo ( du 27 au 05 janvier 2014 ) - par Fabbi le 11/01/2014 @ 14:34

La plupart des presses écrites sont toujours en congé à l’occasion des fêtes de fin d’années. En attendant leur retour dans les kiosques, dès la semaine prochaine, nous vous offrons la revue de presse électronique consacrée cette semaine aux différents messages des chefs de partis politiques dont celui du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé a été largement commenté. L’actualité c’est aussi le départ du Général Atcha Titikpina remplacé par le désormais Général Félix Kadanga comme chef d’état major des Forces Armées Togolaises sans oublier le vote du budget exercice 2014 par le parlement togolais.

Sur les messages de fin d’années des responsables politiques,

Le traditionnel discours de Faure Gnassingbé le 31 décembre 2013 est le plus commenté par les journaux électroniques.

Discours de fin d’année, Faure Gnassingbé, peint un Togo trop beau pour être vrai, fustige le confrère togoonline.co.uk avant de poursuivre, néanmoins le Chef de l’Etat a été sincère dans son message, en rappelant aux togolais que « la bonne volonté du gouvernement ne suffira pas à résoudre tout, tout de suite. Notre pays continuera toutefois à avancer dans la mesure de ses moyens », rassure le fils d’Eyadema. Les syndicats et autres mouvements de revendications savent de nouveau à quoi s’en tenir. Alors que le Togo a d’énormes moyens pour compter des multimilliardaires par centaines, et que sur le budget 2014, la Présidence de la République va consommer à elle seule près d’un milliard trois cent millions en électricité, le discours officiel veut convaincre le peuple, que notre petit rectangle de pays n’a pas les moyens pour satisfaire les revendications les plus légitimes des syndicats et autres.  Avant de conclure, rien de nouveau dans ce discours que les mêmes incantations, qui datent de presque 09 ans déjà que Faure Gnassingbé est sur le trône.

Dans le même registre koaci.com, écrit le fâcheux oubli de Faure Gnassingbé. Le fait que le Président de la République n’a rien dit à propos des incendies des marchés est diversement interprété. Pour certaines commerçantes victimes de l’incendie du grand marché, ce silence du Chef de l’Etat sur un sujet aussi crucial est symptomatique du peu d’intérêts qu’il témoigne à l’endroit de leurs difficultés. « On nous a dit de suivre le message du Chef de l’Etat, qui contiendrait de fortes annonces. Mais au final, nous avons été déçues. Il n’y a même pas eu un seul mot de compassion à notre égard. C’est pénible de voir que celui qu’on doit prendre comme notre père à tous, se soucie peu de la dramatique situation dans laquelle on nous a plongée », a commenté Yvette, revendeuse de mèches au grand marché de Lomé. Du côté des partisans de l’opposition également, on croit décrypter un embarras de Faure Gnassingbé dans cette affaire d’incendies. « Si Faure Gnassingbé n’a pas dit un seul mot sur les incendies des marchés, c’est bien parce qu’il est conscient que les auteurs de ces drames se trouvent dans son camp », Rapporte notre confrère.

 

Les autres messages des leaders politiques sont aussi commentés.

Vœux de Jean-Pierre Fabre « 2015 sonne déjà aujourd’hui », relève Pa-Lunion. Après avoir égrené les évènements politiques de l’année écoulée et les perspectives pour la nouvelle année, le leader de l’ANC s’est tout de suite attaqué au scrutin présidentiel de 2015. Pour lui, les élections présidentielles de 2015 se passent déjà aujourd’hui compte tenu des enjeux qu’elles présentent pour la gouvernance du pays. « 2015 sonne déjà aujourd’hui. Le moment est venu pour qu’ensemble nous œuvrions avec courage et en toute confiance, à la refondation d’une nation togolaise libre et digne, prospère, solidaire et fraternelle. » A indiqué Jean Pierre Fabre.

Message de vœux de la CDPA : « des indicateurs précurseurs de l’alternance sont de plus en plus nombreux », écrit l’Agence Afreepress. Pour Mme Adjamagbo-Johnson, secrétaire exécutif par intérim, « le message de l’union de l’opposition et d’une transition pacifique vers la démocratie prend progressivement corps et la société civile œuvre courageusement pour amener les forces démocratiques à mutualiser leurs énergies afin d’être une alternative solide pour l’alternance en 2015 ». Rappelle Afreepress.

Gilchrist Olympio : « Une transition politique pacifique verra le jour au Togo dans un futur proche » relève nos confrères du republicoftogo

Sur la nomination du Général Félix Abalo Kadanga comme chef d’état major,

L’ancien député Nicodème Habia réagit à propos de cette nomination dans une interview que le confrère icilome.com  lui a accordée. "La nomination du colonel KADANGA comme chef d'état major général de l'armée est une insulte au peuple togolais et une honte à notre armée." Soutien cet ancien responsable du parti de Gilchrist Olympio. 

 

Republicoftogo pour sa part rappelle que  Armée de terre et Marine ont de nouveaux boss. Les nouveaux chefs d’Etat-major de l’armée de terre et de la marine ont pris leurs fonctions vendredi. Le colonel M’ba Koffi Komlan Batanta, jusqu’alors commandant du régiment commando de la garde présidentielle (RCGP), succède au général Félix Abalo Kadhanga. Officier d’artillerie formé à Draguignan en France, breveté de l’école de guerre en Chine. A la Marine, le capitaine de vaisseau Takougnadi Néyo a passé le commandement au capitaine Adzoh Vinyo Kwassivi. Il est breveté de l’Ecole de guerre navale de Nanjing (Chine). Outre ses missions régaliennes de défense, la Marine doit continuer par assurer les missions d’action de l’Etat en mer (AEM) et prendre activement part à la mise en œuvre du code international pour la sûreté des navires et des ports (ISPS) dont le port autonome de Lomé est l’acteur principal. Elle doit concentrer ses efforts dans la lutte contre la piraterie maritime et le brigandage, dont le centre de gravité s’est déplacé ces deux dernières années des côtés d’Afrique de l’Est vers les côtes du Golfe de Guinée », a déclaré le capitaine Vinyo. Le 27 décembre dernier, le colonel Kadanga Abalo a été nommé chef d’Etat-major des Forces armées togolaises en remplacement du général Atcha Mohamed Titikpina. Souligne républicoftogo. com

Sur la loi de finances gestion 2014,

Le confrère en ligne Pa-Lunion reçoit Jean Kissi du CAR et de la coalition arc en ciel. Ce budget relève des anomalies majeures, au niveau même macro économique. Ce budget ne répond pas aux objectifs de la SCAPE (Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi) dont le pouvoir se prévaut. Un peu plus de 11 % seulement sont consacrés au secteur de l’agriculture. On relève à travers ça que ce gouvernement n’a aucune vision. On navigue à vue ». Épingle le jeune député.

 


CMDT Actu-hebdo ( du 23 au 27 décembre 2013) - par Fabbi le 11/01/2014 @ 14:29

Pas de sujets phares dans les presses togolaises cette semaine de la saint sylvestre. Chaque parution y est allée  en fonction des sujets qui l’intéressent. On retrouve entre autre au niveau de la presse électronique cette semaine, le dossier des élections locales, l’affaire Pascal Bodjona, l’appel aux états généraux de la justice par Navi Pillay, à la suite de la publication du rapport du Haut Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme (HCDH),  sans oublier la nomination du Colonel Félix Katanga comme chef d’Etat Major des Forces Armées Togolaises (FAT). Bonne lecture.

Sur les élections locales,

Le confère en ligne Pa-l’union titre, Même si rien ne presse selon Bawara : Faure confirme la tenue des élections locales. Lors de la présentation des vœux du corps diplomatique à ce dernier le 18 décembre 2013, le Président de la République a laissé entendre que : « La prochaine étape serait l’organisation d’élections locales avec une approche inclusive et participative, indispensables pour mettre en œuvre une politique de décentralisation ».Les locales, poursuit M Gnassingbé, consacreront une véritable réorganisation de l’Etat et une nouvelle forme de gestion du pouvoir, permettant aux citoyens de participer concrètement et réellement à l’identification et à la prise en charge de leurs besoins spécifiques. Réaffirmant cet engagement du gouvernement togolais à organiser ces élections, le numéro 1 togolais met ainsi fin aux supputations sur la tenue dans les tout prochains jours, de ce grand rendez-vous électoral. Rappelle Pa-l’union.

Sur le dossier Pascal Bodjona,

En réaction aux interventions  du Procureur Général près le tribunal de Lomé sur radio victoire Fm, l’ancien ministre de l’administre territoriale n’a pas manqué de rappeler Monsieur le Procureur à l’ordre en intervenant au téléphone et en direct dans l’émission. Pour télégramme 228, Affaire d’escroquerie internationale / En réaction aux déclarations de Garba Gnambi, avant de trancrire les propos de monsieur Pascal Bodjona : « C’est exagéré, Monsieur le Procureur, avec tout le respect que je vous dois de parler de ces deux procédures en essayant de faire croire que ce que j’ai eu à subir, on ne pouvait que mettre ça entre perte et profit ». « Rien ne peut réparer le tort qui m’a été causé. Je suis à la disposition de la justice mais de grâce, qu’on ne vienne pas dire qu’on annule une procédure entièrement et je vous réfère à l’article 188, alinéa 2 du code de procédure pénale qui a éteint cette action », a-t-il conclu. Cette intervention du ministre Bodjona qui a failli tourner à un jeu de ping-pong sera en tout cas dégonflée puisque que, Garba Gnambi a tenu à rassurer les uns et les autres qu’il n’a en aucun moment voulu faire passer ce qu’a vécu le ministre Bodjona en perte et profit. Reprend notre confrère.

Sur le même sujet, togo-online renchérit, Le Procureur Général près la cour d’appel de Lomé, en flagrant délit de mensonge. Reçu ce 27 décembre 2013 sur la radio privée Victoire Fm, Garba Kodjo, Procureur Général près la cour d’appel de Lomé a confirmé que la justice togolaise est devenue une véritable serpillère pour les plus « Faure » de la République qui manipulent les juges à leur guise. Sur les dossiers Pascal Bodjona, Kpatcha Gnassingbé, celui des incendies et le rapport du HCDH, Monsieur le Procureur Général au lieu de convaincre l’opinion nationale qui mérite d’être rassurée et éclairée sur les agissements anormaux de la justice togolaise, est allé de divagations en divagations et confirme ainsi que la justice togolaise est vraiment malade des ses propres acteurs et des Goliaths de la République qui la manipulent à loisir, épingle le site basé à Londres.

Sur le rapport du HCDH,

L’agence Ecofin rapporte, Navi Pillay interpelle le Togo à propos du fonctionnement de sa justice. La haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, la sud-africaine Navi Pillay, demande au gouvernement togolais de renforcer le respect des droits de l’homme dans l’administration de la justice. Son interpellation se fonde sur un rapport du Haut-Commissariat consécutif à des visites régulières de lieux de détention et à un suivi de dossiers judiciaires. Il note des dysfonctionnements dans le respect des principes de séparation des fonctions de poursuite, d’instruction et de jugement et dans le droit de faire appel d’un jugement.« Face aux dysfonctionnements et aux défis mis en exergue par le présent rapport, j’invite les autorités togolaises à poursuivre les réformes législatives en cours et à organiser, dans les meilleurs délais, des états généraux de la justice. Ces initiatives aideront à restaurer la confiance des Togolais dans leur système judiciaire », a déclaré Navi Pillay. Le rapport reconnait toutefois des réformes engagées par les autorités depuis 2005 qui ont permis de réelles avancées. Le Haut-Commissariat propose son soutien technique pour améliorer encore le système. Ecrit notre confrère ;

Sur la nomination de Félix Katanga,

Togo infos met en titre, Faure Gnassingbé manipule les officiers des FAT à sa guise

Félix Katanga, cet officier supérieur de l’armée qui vient d’être doublement bardé vendredi par l’hétier d’Eyadema du rang de général de brigade et du titre de chef d’Etat-major général des FAT, doit être flatté et heureux. Il vient ainsi d’être propulsé à une vitesse supersonique au rang du patron de l’armée togolaise en lieu et place de l’homme de Tchamba tombé en disgrâce depuis plusieurs mois déjà. Togoinfos qui analyse cette nomination, soutien entre autre,  Faure Gnassingbé n’est pas dupe. Il est rusé, très rusé. Il a une conscience nette que Félix Katanga, originaire de Tchitchao n’est pas saint, qu’il est controversé et très peu aimé du grand public. Il sait que, comme son prédécesseur, cet officier aussi traine des casseroles et non des moindres. Il sait que le nom de cet officier est cité dans plusieurs rapports aussi bien officiels qu’officieux, faisant état d’un certain nombre de pratiques peu orthodoxes dont ce dernier a eu à se rendre coupable.

Bonne semaine


CMDT Actu-hebdo ( du 16 au 22 décembre 2013) - par Fabbi le 24/12/2013 @ 18:07

La presse écrite togolaise cette semaine s’est intéressée aux nombreuses pérégrinations du numéro un togolais avec sa récente participation au théâtre, la  scala de milan pendant que les populations togolaises végètent dans une misère indicible. L’actualité c’est aussi la santé du Premier Ministre Arthème Ahoomey Zunu qui selon Faure Gnassingbé va mieux et sera de retour bientôt au pays. L’actualité au Collectif Sauvons le Togo (CST)  est aussi abordée dans différents aspects.
Bonne lecture

Faure Gnassingbé au théatre la Scala de Milan.

Les prodigalités du fils d’Eyadema en Italie : Faure Gnassingbé au prestigieux théâtre de scala de milan pendant que les togolais tirent le diable par la queue
fustige en manchette le bi hebdomadaire l’Alternative. La Traviata, littéralement « la dévoyée » est un opéra en trois actes. Le bicentenaire de verdi oblige, c’était donc le menu le 07 décembre dernier à l’un  des prestigieux et luxueux théâtres au monde, la scala de milan. A la loge d’honneur aux côtés du Président du conseil italien Giorgio Napolitano et son épouse ainsi que le président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso, Faure Gnassingbé, le Président de la République togolaise, presque le seul noir dans une forêt d’hommes blancs ; et pourtant  le matin, le fils d’Eyadema parti assister au sommet France Afrique à l’Elysée, était encore à Paris pendant que les présidents africains s’activaient sur l’épineux dossier centrafricain et préparaient la conférence de presse de clôture, le locataire de la marina a déjà l’esprit ailleurs. Il s’est éclipsé discrètement à l’insu de la délégation qui l’accompagnait pour se retrouver en Italie, un pays qu’il adore. Le soir à 20H45, il était aperçu sur la chaîne ARTE entrain de savourer la Traviata, une pièce de théâtre dans laquelle l’amour côtoie la maladie et dont la fin est marquée par la mort de la courtisane foudroyée par la maladie. Ecrit en détail notre confrère avant de conclure, Faure Gnassingbé adore bien l’Italie des mafieux où à l’image des Sylvio Berlusconi l’immoralité et  les dérives de toutes sortes, ses nombreuses sorties dans ce pays lui permettent d’échapper aux radars des renseignements français qui aiment fouiner dans les palais présidentiels en Afrique. Mais pour combien de temps, les togolais seraient obligés de serrer la ceinture pour permettre au prince d’aller faire la fiesta à l’extérieur ? S’interroge à juste titre notre confrère.

Sur le même sujet, le Triangle des Enjeux épingle en ces termes, de la moquerie au goût prononcé des voyages inutiles. Faure Gnassingbé au théâtre italien en lieu et place de la résolution des revendications sociales.

Le scandale dans le cas de Faure Gnassingbé vient de ce que ce dernier se promène en avion pour assister à des spectacles coûteux au moment où le front social est plus qu’aigue dans son pays. Quelle fierté un Chef d’Etat peut-il tirer en traversant des milliers de kilomètres pour assister à un spectacle aussi coûteux que celui de la scala au moment où dans son propre pays il n’existe aucune bribe de salle de spectacle ? Le Chef de l’Etat du Togo est donc le seul dans ce pays à avoir droit à l’épanouissement personnel au plaisir au loisir et à la détente heureuse. De la moquerie à offrir aux togolais au goût curieux des voyages inutiles que Faure en juge par lui-même.

Le Premier Ministre Ahoomey Zunu va mieux.

Enfin le Président Faure lève le voile sur l’état de santé du premier ministre Ahoomey Zunu. Souligne l’hebdomadaire le Changement.

La bonne nouvelle a été annoncé par le Président Faure Gnassingbé mercredi dernier lors de la cérémonie de la présentation de vœux, le Chef de l’Etat a indiqué que le Premier Ministre est sorti de l’hôpital mardi dernier et se trouve présentement dans une maison de repos et que nous aurons la joie de le retrouver parmi nous avant  la fin de l’année.

Cette information tombe à point nommé pour clouer le bec à ceux qui sombrent dans des spéculations les plus imaginables pour ce qui est de l’état de santé du PM.

Santé du premier ministre, Ahoomey Zunu recouvre progressivement sa santé et pourrait regagner le Togo entre le 15 et 30 janvier 2014, mentionne le  Triangle des Enjeux.

Selon les mêmes sources d’informations, le Premier Ministre du Togo retrouve tous ses sens même s’il est diminué physiquement.

L’actualité c’est aussi le collectif sauvons le Togo.

Incendie des marchés de Kara et de Lomé, l’un des sept artificiers mis en cause dans le rapport du CST serait décédé révèle Liberté avant d’ajouter, les informations font état de la disparition d’un des artificiers. Alléguant qu’il n’arrivait plus à dormir depuis la survenue de ces sinistres parce que hanté par les esprits il se serait mis à parler. Face à cette menace il aurait mis fin à sa vie. Par qui ? Une question à laquelle refuse de répondre les différentes sources qui suspectent un empoisonnement. Les circonstances de sa mort sont mystérieuses. Quelques minutes seulement après son décès, son ventre, s’est enflé de façon effrayante. Il est possible qu’il soit victime d’un empoisonnement, affirme t- on. Il nous revient en outre qu’il serait envisagé d’organiser les obsèques de l’illustre disparu dans la plus grande discrétion.

Le CST  toujours, sur un autre volet, le Changement nous apprend en titre, nouvelle crise au CST, des partis politiques membres du Collectif préparent leur démission. Le collectif pour la vérité des urnes a déjà claqué la porte.

Bonne semaine.


CMDT Actu-hebdo ( du 9 au 15 décembre 2013 ) - par Fabbi le 21/12/2013 @ 13:31

La presse togolaise cette semaine comme toutes les presses du monde  a commenté elle aussi, le décès et les obsèques de Nelson Mandela, la questions des élections locales que le pouvoir togolais fait tout pour ne pas organiser est à lire dans les journaux aussi de même que l’éternel dossier des incendies des marchés de Kara et de Lomé avec la plainte de Bassayi Kpatcha contre les signataires du rapport d’enquêtes du Collectif Sauvons le Togo et le dossier Pascal Bodjona qui était de nouveau devant messieurs les juges du Togo.

Décès de Nelson Mandela,

L’hebdomadaire Le Regard reprend en intégralité le discours de Barack Obama aux obsèques de Nelson Mandela. Discours dans lequel le numéro un américain n’a pas manqué de fustiger les dirigeants du monde qui restent réfractaires à la démocratie et qui continuent d’opprimer leurs oppositions et les peuples. Dans la même veine le bihebdomadaire l’Alternative écrit, hommage à Nelson Mandela, la leçon de Barack Obama aux dictateurs. Face aux soixante mille sud africains mobilisés dans le stade de soccer city de Soweto et à la centaine de dirigeants venus du monde entier rendre hommage à Nelson Mandela, le président américain visiblement très marqué par les approches de Mandela n’a pas hésité à enfoncer le clou : « beaucoup ont assumé cet héritage de Madiba, beaucoup prétendent être solidaires de sa lutte mais ne tolèrent pourtant pas d’opposition ». Allusion ouverte à ces potentats d’Afrique et du monde qui continuent de conduire et de maintenir leurs populations par la force et, souvent, dans le sang. L’Indépendant Express consacre sa chronique hebdomadaire à Madiba et titre, Nelson Mandela, une valeur éternelle. Les dirigeants africains doivent apprendre à rentrer dans l’histoire comme l’a fait Mandela. Il leur faut aller à l’école de celui-ci. Il leur faut cultiver l’humilité, savoir placer l’intérêt général au devant de leur propre vie. Ils doivent apprendre à vivre pour les autres. Apprendre à vivre pour les autres, c’est faire des sacrifices au risque de sa vie comme l’a fait Mandela en refusant de monnayer sa liberté contre le renoncement de son combat, en allant au bout de son combat et en l’arrêtant au moment où l’objectif est atteint.

Par ailleurs le journal L’Alternative  met en manchette une révélation de la lettre du continent, Ingrid Awade écartée depuis quelques mois du premier cercle de Faure Gnassingbé, au confrère de s’interroger, est-ce le début de la fin pour la « dame de fer » ?  Sur le même sujet, Liberté écrit, le crépuscule pour la dame de fer ? Ingrid Awadé sortie ces derniers mois du premier cercle présidentiel selon la lettre du continent. Liberté de renchérir, les recettes des impôts ne sont plus versées dans la caisse de la Direction Générale des Impôts, mais sur un compte ouvert à la BCEAO.

Sur les élections locales,

L’hebdomadaire Le Regard révèle, proposition pour éviter les élections locales, des propos de Berlanga Martinez invoqués pour justifier le partage des délégations spéciales. Alors que les partenaires en développement et notamment l’Union Européenne insistent sur l’organisation des élections locales, le ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales sort de son chapeau magique une funeste proposition de partage des Délégations Spéciales entre  les partis politiques en lieu et place des élections locales proprement dites écrit notre confrère qui s’interroge, l’Union Européenne peut-elle s’accommoder de la nomination par décret des Délégations Spéciales pour encourager le gouvernement à ne jamais organiser des élections locales ?  Liberté pour sa part met à la une, après la vague de réactions suscitées par sa proposition de partage des délégations spéciales. Gilbert Bawara se fait hara-kiri et tente de ravaler ses vomissures en se faisant l’apôtre des locales.

L’éternel dossier des incendies,

Avec la plainte du Directeur Général de Centro BTP, contre les signataires du rapport d’enquêtes du Collectif Sauvons le Togo sur les incendies.

Pèle mêle on peut lire en titre de Le Regard, rapport sur les incendies, l’affaire Bassayi contre CST renvoyée au 19 février 2014. Affaire des incendies, et renvoi du procès, sérénité affichée par les signataires du rapport du CST, risque de déballage… les motivations d’un report inattendu renchérit Liberté ; sur le même dossier l’Alternative révèle, rapport du CST et plainte de Bassayi, la justice dépose la citation d’Abass Kaboua dans une station d’essence.

Un autre dossier non moins ténébreux celui de l’escroquerie internationale,

 Avec la persécution judiciaire pour Pascal Bodjona de nouveau devant la justice cette semaine.

Bodjonagate et les dérives d’une justice en déconfiture, le juge d’instruction du 4èm cabinet renvoyé à ses chères études et prié d’attendre la décision de la chambre d’accusation. Ironise le quotidien Liberté. La requête en annulation de Pascal Bodjona transmise à la chambre d’accusation nous apprend l’Alternative. Sur ce dossier d’escroquerie internationale, l’Indépendant Express, en fait un roman policier et met en grand titre, roman policier pour les moins de 18 ans, nouvelle plainte, nouvelle inculpation, nouvelle convocation pour jeudi, vers la CEDEAO, Pascal Bodjona mort et vif. Après une description de ce dossier sous une forme caricaturale digne d’un arlequin, juste pour informer l’opinion que c’est l’une des intimes du Chef de l’Etat qui a mis à prix la tête du « ministre grand format », notre confrère ne manque pas de révéler, que les avocats du ministre envisagent de déplacer cette affaire devant les juridictions internationales notamment la cour de justice de la CEDEAO et pour quoi pas les instances juridiques de l’Union Africaine.

Il faut rappeler que la presse est revenue sur la santé du Premier Ministre Ahoomey-Zunu, l’affaire Kpatcha Gnassingbé et l’arrêt de la cour de justice de la CEDEAO qui vient enfin d’atterrir dans les mains des autorités togolaises.

Terminons cette revue avec le Magazine Sika, tout en caricature écrit, grèves partout-partout au Togo, ou bien Faure même est complice maaaaaa… ?

Bonne semaine.


CMDT Actu-hebdo ( du 2 jullet au 04 août 2013 ) - par Fabbi le 06/08/2013 @ 09:15

Les lendemains des élections législatives du 25 juillet 2013 dominent cette semaine l’actualité dans la presse écrite togolaise. Le déroulement du vote, les leçons à retenir, l’observation électorale, les différentes réactions, les législatives et après sont les quelques sujets liés au processus électoral abordés par la plupart des publications. Bonne lecture.

Législatives du 25 juillet 2013, chronique d’une victoire au forceps, les leçons à retenir de la mascarade électorale. Met en manchette l’hebdomadaire, le Canard Indépendant. Les résultats des législatives contrastent avec la volonté de changement manifestée quasi-quotidiennement par les togolais contre le régime cinquantenaire du RPT à UNIR. C’est assez paradoxal que le pouvoir estime avoir 62 sièges, alors que le peuple dans sa large majorité est dans la tristesse et avec une révolte contenue écrit notre confrère avant de s’interroger en ces termes, avec cette composition de l’assemblée nationale, le Togo est-il proche du bout du tunnel ? Dans un autre registre, le même journal,  sur les leçons à retenir rappelle que les élections se sont passées au Togo comme elles se passaient depuis le coup d’état militaire du 13 janvier 1967. Ce qui suppose que rien à changer dans les mauvaises habitudes et les mauvaises pratiques au Togo par rapport aux progrès réalisés par d’autres pays. Cela veut dire aussi qu’il n’y a pas eu une vraie élection au Togo depuis lors, qu’il s’agisse de législatives ou de présidentielle affirme le Canard Indépendant dans cette analyse qui retrace le chemin  parcouru par le peuple togolais dans sa quête d’un Togo nouveau et pose les perspectives.

le numéro 24 du Magazine Viva, qui fait dans la satire ne manque pas de s’étonner des résultats des législatives  avec cette question plutôt évocatrice, comment le RPT fait et il gagne toujours Maaa… ? Son confrère Pipo Magazine qui fait dans le même style et tout en caricature renchérit en mettant à la une, c’est calcul du vol ou du vote ?

Le Canard Indépendant toujours sur les législatives, révèle que les agents des bureaux de vote sont en grogne pour non payement de leur per diem. « Nous voulons notre argent », « qui a travaillé, a droit au salaire », rapport le journal qui a interviewé Blaise Kébé, un membre du bureau de vote n° 4 au CEG Kodjoviakopé  qui confirme, « nous avons travaillé, nous avons sacrifié notre temps donc, il faudrait qu’on puisse nous régler le moment venu. Il ne faudrait pas qu’à chaque fois qu’on revienne sur les mêmes choses, réclamer et faire des tapages avant qu’on puisse s’occuper de nous. 10.000 ou 15.000 FCFA, ce n’est rien, il faudrait qu’ils voient ça très rapidement pour que ça ne dégénère pas. Mais jusqu’ici on n’entend rien, c’est pour cela que nous  sommes là »  a t- expliqué.

Liberté quotidien met en manchette, hold up électoral du 25 juillet, grande marche de protestation du FRAC/CST contre la distorsion de la vérité des urnes, de la nécessité de changer de braquet après ce coup !
Le même confère écrit, malgré la « victoire écrasante » de l’unir aux législatives, le pouvoir quémande l’entrée de l’opposition au prochain gouvernement révèle liberté dans sa livraison 1507 du 02 août 2013.

Bonne semaine

CMDT Actu-hebdo ( du 22 au 28 jullet 2013 ) - par Fabbi le 06/08/2013 @ 09:12

Les élections législatives marquent l’actualité avec les commentaires de la presse électronique au lendemain du scrutin et les réactions des acteurs, missions d’observations et institutions. Nous avons lu la presse en ligne pour vous à cet effet. Bonne lecture.

Togo : Législatives, après le Collectif sauvons le Togo, le son de cloche de Bruxelles, écrit le confrère en ligne koaci.com. Malgré la forte conviction qui se dégage à propos d’une frauduleuse victoire de l’Union pour la république (Unir) à l’initiative des élections législatives, un suspens perdure. Le nombre de sièges des uns et des autres et la réaction des populations demeurent des mystères à ce jour. Ecrit notre confère avant de revenir sur la déclaration de Madame Catherine Ashton, Haute Représentante des Affaires Extérieures et de la Politique de Sécurité et Vice-présidente de la Commission Européenne, elle rend hommage « au sens civique des Togolais qui ont voté nombreux et dans le calme ainsi qu'à l'engagement des partis politiques qui a permis de créer les conditions nécessaires au bon déroulement du processus électoral ». Mme Ashton a saisi l’occasion pour fixer ce qui pourrait constituer les prochains repères pour le Togo. « Ces élections législatives et les locales qui suivront ainsi que la mise en œuvre rapide des prochaines réformes politiques représentent des étapes importantes pour le renforcement de la démocratie au Togo et, pour une société apaisée et réconciliée », a-t-elle indiqué avant de terminer sa déclaration par le crédo unanimement repris par l’ensemble des partenaires du Togo. « Il est important que tous les Togolais continuent à faire preuve de responsabilité en privilégiant le dialogue en refusant la violence et en ayant recours aux seules voies légales pour résoudre tout contentieux éventuel ».  Et   koaci.com de conclure par cette interrogation, les dés sont ils ainsi définitivement jetés ? Telle est la question que se posent de nombreux Togolais qui se désintéressent de plus en plus des élections qui au Togo, se soldent invariablement par la victoire du même camp au pouvoir depuis plus de cinquante années.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a communiqué samedi soir les résultats définitifs
provisoires des élections législatives pour 13 des 30 circonscriptions. Peut-on lire sur le site du pouvoir togolais, republicoftogo.com. Les résultats définitifs seront transmis à la Cour constitutionnelle pour validation. Rappelle au passage le site.
Le CST  dénonce la publication de faux résultats par la CENI, peut-on lire sur togocity.com qui revient sur la conférence de presse du collectif au lendemain des législatives. Le Collectif ‘’SAUVONS LE TOGO’’ constate avec indignation et réprobation, que la TVT a rendu publics, des résultats déguisés en ‘’tendances’’, du scrutin du 25 juillet 2013. Les chiffres publiés, sont fournis par la CENI elle-même, qui ne disposait pas des procès-verbaux attestant leur authenticité. Le CST rejette catégoriquement ces chiffres qui n’ont fait l’objet d’aucune validation en séance plénière, bureau de vote par bureau de vote, comme le prévoit la loi. Soutien le CST qui dit condamner cette manœuvre scandaleuse qui n’a d’autre objectif que de préparer l’opinion nationale et internationale à accepter les faux résultats d’un nouveau coup de force électoral.

« La Coalition Arc-en-ciel comme le collectif sauvons le Togo, n’est pas satisfaite des résultats de ces élections », c’est ce qu’a lassé entendre samedi la tête de liste de cette coalition dans la circonscription électorale de l’Ogou-Anié au cours d’une conférence de presse, souligne Afreepress. « Nous sommes choqués par ce qui s’est passé, car nous savons que l’immense majorité des électeurs de l’Ogou n’en peut plus et aspire à mettre fin au règne du RPT-UNIR. Qu’on nous dise aujourd’hui que le RPT-UNIR a remporté quatre sièges dans ces deux préfectures c’est quelque chose qui nous surprend », a crié Kafui Adjamagbo-Johnson, Secrétaire générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA), parti membre de la Coalition Arc-en-ciel.

Le confrère en ligne togoinfos.com s’intéresse à l’Union des Forces de Changement de monsieur Olympio et écrit, La mort politique de Fo Gil. C’est donc fini pour le fils du premier président du Togo. A partir des résultats partiels des élections législatives du 25juillet 2013, Gilchrist Olympio est politiquement mort. Epingle notre confrère qui soutien par ailleurs que, Selon ces résultats partiels l’Union des Forces de Changement (UFC) ne devrait pas avoir plus de 3 députés dans la prochaine Assemblée Nationale. Gilchrist Olympio qui s’est rendu coupable, depuis 2010 d’une compromission politique, est donc en train de payer cash sa traîtrise et sa gourmandise qui l’ont poussé à composer avec le pouvoir de Faure Gnassingbé suite à un lien opaque qu’il a noué avec l’héritier d’Eyadema. Le mythe Gilchrist, longtemps entretenu au Togo est donc fini. Le septuagénaire homme politique qui espérait accéder au pouvoir en 2015 sur la base de l’entente secrète qu’il a eu avec Faure Gnassingbé n’a plus qu’à prendre sa retraite politique pour laisser la place à la nouvelle sève qui monte dans la sphère politique au Togo.

Sur le même sujet le site mo5togo, n’y va pas par le dos de la cuillère et met en une, débâcle électorale de l’UFC: Le ministre Elliott Ohin fait annuler tous ses rendez-vous au Ministère des Affaires étrangères croit savoir le confrère qui renchérit, La débâcle de l’UFC aux élections législatives a failli entraîner un petit incident quasi diplomatique : le ministre des affaires étrangères UFC, Elliott Ohin, a refusé hier vendredi de recevoir une délégation japonaise. Arrivé tard au bureau aux environs de 11 heures, dans une humeur massacrante suite à l'annonce des premières tendances, le ministre des affaires étrangères et de la Coopération a refusé de recevoir une délégation nipponne qui était pourtant dans son agenda. Il a par la suite ordonné à son directeur d'annuler tous ses rendez-vous et est reparti du bureau visiblement très soucieux avant 16 heures. Décidément, il y a des ministres que la République ne regrettera pas.

Du côté des observateurs la chanson est connue, « malgré les irrégularités, le scrutin s’est bien déroulé ».
Les élections législatives de jeudi au Togo se sont déroulées dans des "conditions acceptables" malgré "quelques incidents", ont estimé samedi les observateurs électoraux de l'Union Africaine. "En dépit de quelques incidents enregistrés le jour du scrutin, (les élections) ont permis aux électeurs togolais d'exprimer leur choix dans la sérénité et le calme", a déclaré dans un communiqué la mission de 32 observateurs de l'Union Africaine (UA). Repris par l’AFP ;

Même son de cloche de la CEDEAO sans surprise pour l’opinion nationale.  "Les insuffisances constatées n'ont pas empêché la libre expression par les citoyens de leur droit de vote", avait pour sa part estimé vendredi la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qui avait déployé 80 observateurs sur le terrain. Rappelle toujours l’AFP.
Législatives au Togo: une forte mobilisation et des tensions, commente pour sa part le site de RFI. Qui évoque également  la fermeture de la radio Légende.
 

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 ] SuivantFin
Présentation

Fermer Historique

Fermer Participation

Fermer Comité de Pilotage

Fermer Adhesion

Réseaux
Sites Partenaires


  cvu.jpg
LogoBlanc.gif

M'inscrire au CMDT
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
56 Abonnés
Recherche



Visites

 224119 visiteurs

 14 visiteurs en ligne

^ Haut ^